« Nikos Now » en interview !

Comme People Inside vous l’a annonçé  hier, Nikos Aliagas était en séance de dédicace à la Fnac St Lazare à Paris, pour la sortie de son livre de photos « Nikos Now ».

Entouré de nombreux fans, auxquels il accorde beaucoup d’attention, le « smartphone addict » a accepté d’accorder un entretien à People Inside.

Salut Nikos, comment vas-tu pour cette première séance de dédicaces?

Salut! Je vais très bien, ça me fait vraiment plaisir d’être ici ce soir car j’ai besoin de contact, d’aller vers les gens. J’aime être proche d’eux. Ici, il y a toutes sortes de personnes: celles qui me suivent sur Twitter, et que je peux enfin rencontrer, certains viennent même de Suisse, et d’autres sont venus par hasard à ma rencontre, et ça me fait très plaisir. Mon public est fidèle et ça me touche.

Dans ton livre « Nikos Now » on peut découvrir un condensé des photos que tu publies sur Twitter, sont-elles retouchées?

Bien sûr, elles sont retraitées par Photoshop notamment et de nombreux autres logiciels. Il y en a certaine,  pour lesquelles j’utilise différentes applications de mon smartphone. Mais pour la plupart, ce sont des photos brutes retravaillées par la suite. D’ailleurs, je joue beaucoup avec les couleurs en utilisant des filtres ou la saturation. Mais ce qui importe surtout dans ces photos, c’est l’instant qu’on immortalise, et l’histoire qu’on raconte à travers elles.

Quelques histoires à nous faire partager?

Il y en a énormément, et toutes me touchent. Ces jeunes filles qui, dès l’annonce du tsunami au Japon, sont descendues dans la rue rechercher des dons; cette petite fille dans une rue de Valencia à laquelle personne, ni même sa mère, ne prêtait attention, tous trop occupés à préparer les festivités des Fallas, elle attendait de grandir; ce jeune chanteur Léo Rispal, âgée de 10 ans, peut-être un futur Justin Bieber? ; et de nombreux instant de vie immortalisés à Paris, Londres, Athènes, Cannes, Brighton ou encore Valencia..

Ne penses-tu pas que ta sensibilité d’artiste risque d’avoir une incidence sur ton côté journalistique?

Non parce-que je ne fais pas des photos d’artiste. Tout le monde a une sensibilité artistique. Si j’ai réalisé ce livre, c’est avant tout parce-que j’ai été plébiscité par mes « followers » sur Twitter. Ils aimaient les photos que je publiais, donc j’ai décidé de leur donner la possibilité de les avoir sur papier glacé. Et par la même de les partager avec ceux qui ne me suivent pas sur le site de microblogging. Ce livre, c’est avant tout un coup de cœur.

Est-ce que la photo pourrait t’amener vers de nouveaux horizons tel qu’un reportage photo dans un pays en guerre?

Pourquoi pas! C’est quelque chose que je n’exclus pas. Le jour où je refais du terrain comme je le faisais pour Euronews, je serais ravi de pouvoir réaliser ce genre de reportage photos.

Ce goût pour l’image te poussera-t-il un jour à te lancer dans la réalisation?

C’est drôle que tu me poses cette question parce-que c’est effectivement une chose qui m’exciterait vraiment! J’aimerais beaucoup réaliser, à tous niveaux. Des clips, des documentaires… J’ai d’ailleurs découvert un tout nouvel appareil photo qui fait des images vidéo sublimes. Et je compte justement expérimenter la réalisation avec.

Un dernier mot?

Je vous invite à voyager à travers ces photos comme j’ai pu le faire quotidiennement ces neuf derniers mois.

Propos recueillis par Alexandra Dupont

« Nikos Now » disponible fin mai au prix de 19€

2 commentaires
  1. Léo Rispal prend presque le même chemin que Justin Bieber, mais ne part pas du même point, il ne part pas de la même situation. Léo par de rien et ira loin !
    Sinon très belle interview, respect à Nikos bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>